Demande d'interruption en électronique numérique (processeurs)
Recherche personnalisée

Dictionnaire technique de materiel-informatique.be: les définitions classées par thématique:
Electricité | Electronique numérique | Ordinateur - Unité centrale | Périphériques | Sauvegarde | Sécurité | Réseau | Logiciel | Internet | Multimedia | Sites | Acronyme

Interruption (IRQ)

Une interruption (IRQ - Interrup Request) permet à un périphérique digital de signaler au microprocesseur qu'il a besoin d'une action de sa part (par exemple: transmission d'une donnée, touche clavier appuyée, mouvement de la souris, ...). Par exemple, lorsque vous bougez la souris, le contrôleur PS2 envoie une demande d'interruption pour demander au processeur de vérifier le mouvement du pointeur.

Chaque interruption est spécifique à un périphérique et reprise suivant un numéro. Lorsque le processeur accepte l'interruption, il va lire un programme à une adresse dédiée à ce numéro. Dans le cas des PC compatibles, chaque numéros d'interruption est normalisé.

La vérification d'une demande sur la broche INT d'un processeur est le plus souvent faite lors du flanc montant de l'horloge à chaque dernier cycle de chaque instruction. Ce signal n'est accepté que si le masque software d'interruption n'est pas annulé (une commande en langage assembleur, ces interruptions sont dites masquables) ou si le signal demande de DMA (BUSRQ) n'est pas activé. Par contre, NMI (Non Maskable Interrupt) ne peut être masquées par une commande logicielle.

Définition annexe: broche RESET

Dernière mise à jour, le 30/06/2015
Tous droits réservés: reproduction interdite sans notre accord écrit
© les marques citées sont propriétés des constructeurs et éditeurs